26 février 2009 Conférence de presse de l'Avenir Ensemble du 25 février 2009

Retrouvez les articles avec les mêmes mots clé :

A deux mois et demi des élections provinciales de Mai, l’Avenir Ensemble a souhaité faire avec vous un point sur l’état du mouvement et sur la préparation de la campagne.

Depuis notre congrès du 21 Juin 2008 notre parti est en ordre de marche. Il a réuni ses adhérents. Il a élu son Président et, avant tous les autres, il a désigné démocratiquement ses têtes de liste dans les trois provinces. La participation à ce scrutin a été massive. (Je rappellerais que le Président a recueilli  3.609 voix et que les têtes de liste dans le Sud, le Nord et les Iles ont recueilli respectivement 3.673, 3.398 et 3.412 suffrages.)

Depuis le départ de Philippe Gomes et de ses amis, l’Avenir Ensemble a enregistré 181 démissions mais aussi 1469 nouvelles adhésions et compte à ce jour 6.829 adhérents. Il est donc totalement faux de prétendre comme ils le font que 80% des adhérents les ont suivis. Il n’y a qu’à voir le faible nombre de participants lors de leur dernière assemblée générale, chargée de désigner leurs organes de direction.

Pendant que d’autres multiplient les effets d’annonce et s’évertuent à occuper les medias jusqu’à l’indigestion, nos élus préparent l’avenir et continuent leur travail avec sérieux et responsabilité. Les Calédoniens nous ont élus pour cela et nous poursuivrons notre tâche jusqu’à la fin de notre mandat. Pour la campagne qui s’annonce, nous avons retenu un thème majeur : Préparer l’avenir !  Nous déclinerons ce thème autour de plusieurs propositions, visant le court, le moyen et le long terme.  Dans l’immédiat, pour se faire entendre dans le Nord et dans les Iles, nous pensons qu’il est nécessaire de pratiquer l’ouverture et de se rassembler sur des listes d’intérêt provincial. Pour y parvenir, les Calédoniens doivent savoir que nous ferons passer l’intérêt général avant les questions de personnes ou d’appartenance à un parti. Dans cette affaire, l’humilité et la discrétion sont les clefs de la réussite. Il ne nous appartient pas de parler pour les autres, ni de décider à leur place. C’est pourquoi, nous nous garderons bien de toute annonce médiatique tant qu’un accord définitif n’aura pas été conclu avec tous les partis concernés. Vous comprendrez que nous ne puissions pas vous en dire plus à ce stade. Il en va de même dans le domaine social. Là aussi, notre règle est d’agir avec sérieux et  responsabilité.  Nous avons lu aujourd’hui les critiques sévères de Philippe Gomes et de  Pierre Frogier à l’encontre de la direction de la SLN. A entendre le président du RUMP, il aurait fallu qu’elle sache prévoir la crise brutale qui frappe l’ensemble du monde industriel et ne lance pas son programme 75.000 tonnes. Dans les circonstances actuelles, le sens des responsabilités commanderait de renforcer la cohésion de l’entreprise pour l’aider à traverser la crise, plutôt que d’opposer la direction à ses salariés. Le sujet est trop grave, pour en faire de la démagogie électoraliste. Ce n’est pas une attitude raisonnable.

Quelques semaines nous séparent maintenant du renouvellement des institutions. Sous l’impulsion de l’Avenir Ensemble, les gouvernements successifs de Marie-Noëlle Thémereau et d’Harold Martin ont réalisé plus de réformes en cinq ans qu’il n’y en a eu au cours des 20 années précédentes. La liste est véritablement significative. Elle représente un travail considérable accompli au service des Calédoniens et de la Nouvelle-Calédonie. Certes, beaucoup reste à faire, mais nous pouvons dire avec fierté que nous avons véritablement amélioré les conditions de vie de nombreuses familles parmi les plus défavorisées.

Quelques dossiers emblématiques restent en attente sur le bureau du Congrès. C’est le cas des signes identitaires et du schéma de mise en valeur des richesses minières. Je cite ces deux dossiers car, ils sont expressément mentionnés l’un et l’autre dans l’Accord de Nouméa.

Sur les signes identitaires, le Sénat coutumier a rendu un avis favorable et plus rien ne s’oppose à ce que ce texte soit examiné par le Congrès.

Sur le schéma de mise en valeur des richesses minières, vous vous souvenez que le Président du Congrès avait interrogé le Tribunal Administratif  pour savoir si l’adoption du schéma relevait d’une délibération ou d’une Loi de Pays. Le Tribunal Administratif avait dit qu’il devait être adopté par une loi du pays. Le projet, transformé en loi du pays, fut donc envoyé pour examen au Conseil d’État qui vient de nous le retourner en précisant qu’il devait être adopté par une simple délibération. Il peut donc être examiné très rapidement par le Congrès et nous souhaitons qu’il soit inscrit à l’ordre du jour d’une session extraordinaire avant la fin de la mandature. C’est d’autant plus nécessaire qu’il est indispensable de procéder rapidement à la création du Fonds Nickel, tel que prévu par le schéma. Ce fonds a notamment pour vocation de soutenir les entreprises minières dans les périodes difficiles comme celle que nous traversons aujourd’hui. L’intervention de ce fonds est attendue par le secteur minier.

Pour nous, « Préparer l’Avenir » consiste également à voir loin et à prendre aujourd’hui les décisions qui profiteront aux générations futures. C’est le cas de la décision de réaliser le grand hôpital de Koutio, également appelé Médipôle prise par l’Avenir Ensemble peu de temps après son arrivée au gouvernement. Ce sujet avait fait l’objet de nombreux débats contradictoires au sein du RPCR, sans qu’une décision ne soit prise. Le projet est aujourd’hui sur ses rails, il se réalisera et participera à l’amélioration de la qualité des soins au bénéfice de toute la population.

Ces trois dossiers sont significatifs de la volonté qui anime l’Avenir Ensemble de faire bouger les choses et d’engager les réformes nécessaires pour « Préparer l’Avenir ». Notre ambition est bien sûr de continuer dans cette voie, qu’il s’agisse de l’évolution de nos institutions à la sortie de l’Accord de Nouméa, des efforts à faire en faveur de la jeunesse, du développement durable, de la lutte contre la vie chère. Notre volonté est de préparer la Nouvelle-Calédonie et sa population à relever les multiples défis qui l’attendent.

Didier LEROUX

Lu 445 fois