03 avril 2009 Conférence économique : le point sur la commande publique

Retrouvez les articles avec les mêmes mots clé :

La conférence économique de ce 2 avril 2009 à la Commission du Pacifique sud (CPS) s'inscrit dans la droite ligne de la conférence sociale sur les salaires et le pouvoir d'achat qui s'est déroulée en présence des mêmes partenaires sociaux le 11 mars dernier. L'ensemble des acteurs de notre économie - collectivités publiques, organisations patronales et professionnelles, syndicats - était présent autour d'Harold Martin, président du gouvernement.

Après les discussions sur la structure des salaires, le mécanisme de fixation du SMG et du SMAG (pour les professions agricoles) ainsi que sur le pouvoir d'achat des ménages, il s'agit désormais d'apporter une lisibilité sur la commande publique en Nouvelle-Calédonie à court et moyen termes, et son impact sur notre économie.

175 milliards d'investissement pour poursuivre la construction du pays

Une expertise extérieure sur la connaissance de fond de l'économie calédonienne a été apportée, notamment sur le poids réel du secteur du nickel, ainsi que sur les secteurs qui font la croissance de la Nouvelle-Calédonie. Et c'est bien l'ensemble des acteurs de notre économie - collectivités publiques, organisations patronales et professionnelles, syndicats - qui a pu bénéficier de cette information.  Il ressort de cette radiographie de l'économie calédonienne que la commande publique recensée pour les 12 à 18 mois prochains tourne autour de 175 milliards de francs d'investissements en grands travaux (hors projets métallurgiques). Il s'agit notamment du Médipôle de Koutio , de la préparation des Jeux du Pacifique, où encore du chantier de l'aéroport de Tontouta. Bien évidemment, cette forte commande publique vient soutenir la croissance calédonienne, estimée à 2,7 % pour l'année 2009.

Une croissance soutenue

La conséquence directe de cette activité économique soutenue, c'est la situation de quasi plein emploi que nous connaissons, un atout précieux qu'il s'agit de conserver. L'occasion pour Harold Martin de rappeler que la conférence sur les salaires du 11 février dernier a mis en évidence que cette croissance a bénéficié en priorité aux nouveaux salariés et peu à ceux qui travaillaient déjà. Et Harold Martin de souligner qu'il trouve la demande des salariés de voir leur pouvoir d'achat évoluer parfaitement légitime.

Des propositions concrètes pour le pouvoir d'achat

Rappelons que le président du gouvernement a proposé, il y a plusieurs mois maintenant, de mettre au point un système d'intéressement des salariés sous forme d'une prime bonus. Ce texte est sur le bureau du Congrès depuis quelque temps. On ne peut que regretter que Pierre Frogier n'ait pas souhaité l'inscrire à l'ordre du jour.
Harold Martin est également très favorable à une évolution programmée du SMG, semblable à celle qui est intervenue entre 2005 et 2009 (+ 25%), une évolution à définir par la négociation collective. Et Harold Martin de conclure en rappelant l'importance d'une meilleure répartition des richesses, pour que cette croissance qui a d'abord profité aux entreprises bénéficie désormais à tous les salariés, et donc aux consommateurs, à travers une augmentation du pouvoir d'achat des Calédoniens.

Lu 359 fois