21 septembre 2009 Budget 2009 au Congrès : engagements tenus et continuité

Retrouvez les articles avec les mêmes mots clé :

Approbation du Compte administratif de l’exercice 2008 et adoption du Budget Supplémentaire de la Nouvelle-Calédonie, jeudi 17 septembre, par les élus du Congrès réuni sous la présidence de Harold Martin. Tous les groupes politiques ont voté « pour », à l’exception de l’UC-FLNKS et du PT.


Ce BS de 44 milliards de francs, présenté par le gouvernement Gomès, avait été préparé, on s’en souvient, par Pascal Vittori, en charge du budget dans l’équipe d’Harold Martin. Au total le budget 2009 de la Nouvelle-Calédonie s’élève maintenant à 201,505 milliards.

Les grands équilibres et l’investissement ont été maintenus, avec un accent particulier mis sur des secteurs, tels la formation professionnelle notamment et le sport, préparation des Jeux du Pacifique. En effet, « la Nouvelle-Calédonie n’a pas connu de récession économique comme en Europe, a rappelé Pascal Vittori, juste un ralentissement du à un recul des recettes nickel et à un attentisme lié au calendrier électoral et aux tensions sociales ».

En clair, souligne notre élu, « le premier projet de budget supplémentaire de cette mandature n’est en réalité qu’un budget de transition et de continuité qui ne fait que poursuivre les actions engagées sous la mandature Martin ». Et d’ajouter : « cela nous convient parfaitement puisque le Président Gomès marque une vraie continuité avec ce que le Président Martin a fait au gouvernement durant 20 mois. C’est un recentrage majoritaire sur la ligne politique de 2004 et sur l’accord de Nouméa qui est opéré aujourd’hui ».

Reste que dans la discussion sur le compte administratif, Pascal Vittori a du mettre les point sur les « i » de l’actuel chargé du budget, Bernard Deladrière, en dénonçant « le procédé qui consiste à vouloir gonfler un déficit artificiellement (alors même que ce déficit a été comblé), pour tenter de prouver que la gestion passée a été dispendieuse ».

Le compte administratif, c’est un peu l’instantané d’une année d’action politique : on peut y lire ce qui a été fait, comme ce qui ne l’a pas été. Aussi, personne ne s’y est laissé prendre. Les engagements du gouvernement Martin ont été tenus et les finances sont saines. D’ailleurs, le nouveau gouvernement poursuit sur la même voie…

Télécharger les pièces jointes :
Lu 360 fois