25 mars 2010 « Tomas » : deux présidents au chevet de Wallis et Futuna

Harold Martin, Philip Schyle et Victor Brial, ici à Nouméa à l’occasion de la signature de la convention entre leurs trois assemblées. Harold Martin, Philip Schyle et Victor Brial, ici à Nouméa à l’occasion de la signature de la convention entre leurs trois assemblées.
Retrouvez les articles avec les mêmes mots clé :

Dans le cadre de la convention de partenariat signée le 25 février dernier entre les trois présidents des assemblées délibérantes du Pacifique français, Harold Martin (Congrès de la Nouvelle-Calédonie) et Philip Schyle, (Assemblée de la Polynésie française) adressent à leur homologue de Wallis et Futuna, Victor Brial, un message de soutien.

« C’est avec attention et même inquiétude que nous avons suivi, ces derniers jours, l’évolution du cyclone Tomas qui vous a frappé lourdement. C’est avec satisfaction que nous avons appris qu’il n’y avait à Wallis et à Futuna, ni victime, ni blessé. Croyez bien qu’en Nouvelle-Calédonie comme en Polynésie française, cette nouvelle a été accueillie avec un immense soulagement, soulagement que nous partageons avec nos communautés wallisienne et futunienne.

Dans le cadre de la convention de partenariat entre nos trois assemblées, que nous avons signé le 25 février dernier, nous tenons à vous exprimer tout notre soutien pour cette période de reconstruction qui ne fait que débuter.

En tant que Futunien, vous avez, avec les habitants de votre île, été frappés très durement par ce phénomène climatique.  En tant que Président de l’Assemblée, vous devez être au cœur du dispositif de reconstruction des infrastructures publiques et de relance de l’activité économique et agricole.

En ces circonstances, vous voudrez assurer le représentant de l’Etat à Wallis et Futuna, ceux de l’administration, des chefferies, des autorités coutumières et religieuses, de l’assistance et de l’appui du Congrès de la Nouvelle-Calédonie et l’Assemblée de la Polynésie française. »

Le communiqué daté du 24 mars 2010 est signé d’Harold Martin, président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie et de Philip Schyle, président de l’Assemblée de la Polynésie française.

Lu 550 fois