15 juillet 2010 Un vœu unanime pour l’avenir

Retrouvez les articles avec les mêmes mots clé :

« On n’est jamais perdant quand on tend la main le premier. »
Nicolas Sarkozy - (24 juin 2010)

Moment intense, d’une rare émotion, mardi au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. A l’unanimité des suffrages, moins les voix de la faction Gomès, les élus de tous les partis politiques du Congrès ont émit « le vœu de voir flotter ensemble le drapeau tricolore et celui des indépendantistes sur les édifices publics de Nouvelle-Calédonie ».

Il y a des instants où l’on sent la Calédonie faire un bond dans l’histoire, parfois au travers d’un symbole comme la poignée de main Lafleur-Tjibaou : le vote du Congrès sur le vœu était de ceux-là ! Et encore une fois, les élus de Philippe Gomès se sont singularisés, passant à côté du train de l’histoire, sans daigner y monter.

Initié par le député Pierre Frogier, énoncé devant le Premier ministre à Matignon et reprise par le Président de la République Nicolas Sarkozy lors de son discours de clôture du 8e Comité des Signataires, le vœu du drapeau est à prendre comme le geste d’ouverture des discussions sur l’après 2014. L’après Accord de Nouméa, sur lequel plane encore tant d’incertitudes, qu’il nous appartient de lever avec la construction d’un destin commun. Il faut aussi souligner la sincérité, la force et la haute tenue des interventions au cours de cette séance : celles de Pierre Frogier (Rump), Rock Wamytan (FLNKS), Jean-Pierre Jaiwé (UNI), Pascal Vittori (Avenir Ensemble-LMD), Nidosh Naisseline (LKS) et Louis-Kotra Uregeï (PT).

« On n’est pas moins Français quand on reconnaît une autre identité, bien au contraire : c’est la force de notre République que de savoir faire vivre ensemble, en son sein, des identités plurielles. » Cette phrase du Président Nicolas Sarkozy garantit, légitime et honore le vœu que nous partageons aujourd’hui avec tous les Calédoniens.

Harold Martin et les élus de l’Avenir Ensemble comptent maintenant sur chacun de nous pour que ce gage de reconnaissance mutuelle soit accepté comme un geste fort et généreux en prélude à l’ouverture des discussions sur notre avenir.

Le Premier ministre, François Fillon, qui vient samedi en Calédonie, recevra ce vœu au nom de l’Etat et prononcera un discours important à 16 heures au Congrès.

Télécharger les pièces jointes :
Lu 582 fois